7 vertus cachées du silence médiatique

Cet article, vous auriez pu ne jamais le lire. J’aurais pu ne pas l’écrire. Et j’aurais peut-être mieux fait. Voici pourquoi.

En cette époque où tout le monde tweete, facebook et blogue, le silence médiatique est devenu une vertu. C’est même une autre façon de communiquer.

Un exemple : la personnalité préférée des Français est Jean-Jacques Goldman. Il a fait du silence médiatique sa règle. Il ne répond pas aux interviews depuis des années. Il boude la télé. Il ne tweete pas. Son silence médiatique alimente le désir de ses fans. Ce sont les autres qui parlent de lui, en bien.

Le silence médiatique profite aussi aux hommes politiques : loin de l’actualité, leur popularité grimpe. Dans le domaine des affaires également, le silence médiatique est profitable : certaines entreprises prospèrent avec un budget publicitaire réduit. Par exemple, jusqu’à une époque récente, Google faisait très peu de publicité.

Le silence médiatique a de nombreuses vertus. Voyons lesquelles.

Préventif

La première vertu du silence médiatique est évidente : il réduit les risque. En s’abstenant de communiquer, on évite de dire des bêtises.

Économique

Le silence médiatique est de loin la méthode la plus économique. Certaines entreprises l’ont bien compris. La marque Zara, par exemple, consacre une part beaucoup plus faible que ses concurrentes à la publicité, avec des résultats supérieurs.

Compréhensif

En se taisant, on est plus libre pour écouter. L’écoute est indispensable si on veut mieux communiquer. Cette étape est trop souvent négligée. Écoutez d’abord, exprimez-vous ensuite.

Simple

Le silence médiatique est une méthode simple à appliquer. Il suffit de ne rien faire. Pourquoi tant de personnes ne l’ont pas compris ?

Stratégique

En s’abstenant de communiquer pendant un temps, on réfléchit à sa stratégie. Pourquoi communiquer ? Pour qui ? Sur quel média ? Dans quel but ?

Séduisant

Le silence médiatique a cette autre vertu : il crée une attente, entretient le désir. Certes cette méthode doit alterner avec de brèves apparitions, pour faire monter le désir. Tout l’art du teasing réside dans ce jeu de dévoilement, entre le « pas encore » et le « pas assez».

Éthique

Le silence médiatique est lié à une éthique, c’est-à-dire à un souci de l’autre. On évite ainsi de polluer l’autre, de le gêner par des bruits intempestifs. Ah, si les usagers du TGV qui braillent dans leur portable pouvaient y penser !

En conclusion, le silence médiatique apparaît comme une bonne option pour communiquer. Mais elle ne peut être utilisée seule : si vous ne faites que vous taire, vous êtes mort. Le silence est une étape, pas un état définitif. Comme disait Lao Tseu : « pour se taire, il faut d’abord avoir parlé ».

Articles sur le même sujet

Tags: , ,

2 Responses to “7 vertus cachées du silence médiatique”

  1. Steph Says:

    Très bon article mais je ne voudrais pas laisser de commentaire. Chut!

  2. Michele Laframboise Says:

    Quelqu’un qui a déjà obtenu une belle reconnaissance du public peut se permettre ce silence! Mais is le public ne connaît pas déjà notre travail?

Leave a Reply